Page:Roy - Romanciers de chez nous, 1935.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
30
ROMANCIERS DE CHEZ NOUS

il ne pouvait peindre tant de choses, et brosser une toile si large et si profonde, sans que, aux divers plans du dessin, apparussent et saillissent des personnages qui expriment toute cette variété d’objets, qui représentent, résument, incarnent la vie de l’histoire, la joie et les souffrances de la nation. Et l’art de l’écrivain consiste, alors, à distribuer avec ordre et proportion les rôles, à situer en lumière convenable les acteurs et à les faire se grouper et se disperser, ressortir et s’effacer selon les lois multiples du relief et de la perspective.

Nous ne dirons pas que de Gaspé a ici réalisé la perfection de son art, qu’il est un metteur en scène très ingénieux, et que Scribe ne fut pas plus dextre ni plus fertile en ressources. Les scènes elles-mêmes, où tour à tour nous transporte avec ses personnages l’auteur des Anciens Canadiens, sont aussi larges, aussi élevées, tantôt aussi familières, et tantôt aussi dramatiques que possible, mais le décor en est simple ou très peu compliqué, et les gestes et les paroles par où se découvrent l’âme, le caractère, la vie des acteurs sont, d’ordinaire, le mouvement sobre, le discours bref, pittoresque ou mollement verbeux, parfois indigent et terne, des gens qui ne s’étudient point.

De Gaspé n’ignore pas, lui qui a tant lu ses classiques au manoir de Saint-Jean-Port-Joli, qu’il existe un art de composer un personnage, de constituer en sa vivante complexité un caractère, d’analyser des âmes et d’en étaler les divers états sous le regard avide du lecteur ; mais il ne semble pas se soucier de faire pareilles constructions ou semblables dissertations ; il affecte plutôt de n’apparaître pas comme un psychologue inquiet qui observe ses personnages et surprend les moindres agitations de leurs consciences ; il les fait tout simplement agir, et il les laisse se mouvoir et s’exprimer le plus naturellement du monde, bien assuré que le lecteur saura bientôt saisir et retenir tout ce qui en eux les peut personnifier et singulariser. Et l’on voit, en effet, au