Page:Roy - Romanciers de chez nous, 1935.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
62
ROMANCIERS DE CHEZ NOUS

Gaspé les a comparés, dans l’adieu qui termine son livre, à ces figures fantastiques que le jeune fils de Jules, Arché d’Haberville, assis un soir au coin de la cheminée, voit se former, marcher, danser, monter, descendre, et puis disparaître dans la flamme mourante du brasier qui s’éteint. Il craint que tous ces personnages fictifs qu’il a fait s’agiter sous les yeux de ses contemporains ne disparaissent aussi, et bientôt, avec celui qui les faisait mouvoir. Cette crainte, qui est l’effet d’une extrême modestie, ne devait pas troubler l’artiste, ni la paix de ses soixante-dix-sept ans. Le roman de M. de Gaspé a survécu à son auteur ; ou plutôt, il a fait que M. de Gaspé lui-même n’est pas mort tout entier. Avec les Mémoires qui en sont une suite et un complément, ce roman porte à tous ceux qui parmi nous s’intéressent à la langue, à la littérature, à l’histoire et aux mœurs canadiennes, le nom désormais impérissable de celui qui nous l’a donné comme le fruit savoureux de son aimable vieillesse.