Page:Roze - Histoire de la Pomme de terre, 1898.djvu/419

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

teau, en 1845, pour obtenir en pleine terre des Pommes de terre de première saison. Il s’agissait de planter les tubercules au mois d’Août (avec du plan retardé) et de les abriter dès les premières gelées. Les Pommes de terre étaient bonnes à arracher en Novembre et se conservaient jusqu’en Mars, comme des primeurs. M. Leclerc a expérimenté de la façon suivante, avec les variétés hâtives Belle de Fontenay et Victor. Il récoltait ses tubercules, bien mûrs, vers la fin de Juin, et les disposait en clayettes, en les laissant à l’air libre, à mi-ombre, et en les arrosant une fois par jour. Le 15 Août, il préparait une planche bien ameublée et copieusement fumée, et y plantait ses tubercules qu’il recouvrait de bon terreau ou de fumier très consommé. Puis il arrosait, en cas de besoin, pendant les mois d’Août et Septembre. Dès les premières gelées, il recouvrait la terre de 0m, 20 de feuilles ou de litière pour empêcher le froid de pénétrer. Il pouvait ensuite arracher, de Novembre à Mars, et même Avril, et il déclarait que cette récolte n’offrait aucune différence, comme qualité et comme apparence, avec les produits de châssis. Le point important ; pour réussir avec ce procédé, paraît être l’emploi exclusif de variétés hâtives et productives.

Ce procédé, on le comprend du reste, ne peut être appliqué que dans un jardin. Donnera-t-il toujours les mêmes résultats ? Cela peut dépendre du plus ou moins de froidure de l’Automne ou de l’Hiver.


VI. — PROCÉDÉ DE LA COUPURE DES FANES OU DU PINCEMENT DES TIGES DE POMMES DE TERRE


En 1851, M. Bouchardat entretenait ses collègues de la Société centrale d’Agriculture des deux expériences suivantes.

» M. Dalmas, membre de la Société d’agriculture de Grenoble, avait, en Avril 1848, ensemencé 45 ares de Pommes de terre précoces. Au mois de Septembre, il vit les fanes se noircir et se dessécher. Il fit de suite couper et enlever ces fanes sur une portion (environ les trois quarts) du champ ; sur l’autre quart, il les fit arracher. Lors de la récolte, toutes les Pommes de terre dont les tiges avaient été arrachées furent trouvées saines et intactes, tandis que