Page:Roze - Histoire de la Pomme de terre, 1898.djvu/451

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

et Coudon, ingénieurs-agronomes, ont fait connaître récemment, de leurs recherches et expériences sur la valeur culinaire d’un certain nombre de différentes variétés de Pommes de terre. Nous dirons d’abord qu’ils ont été conduits à en conclure que cette valeur culinaire est directement proportionnelle à la teneur en matières azotées totales que renferme la Pomme de terre, et inversement proportionnelle à sa richesse en fécule.

Voici comment se trouvent classées les variétés qu’ils ont analysées :

1º Variétés à saveur fine : Belle de Fontenay, Marjolin hâtive, Marjolin-Tétard, Fleur de pêcher, Chave, Royale, Semis B de M. H. Rigault. Ces variétés renferment de 21 à 25 de matières azotées pour 100 de fécule ;

2º Variétés à saveur agréable : Quarantaine de la Halle, Hollande jaune, Hollande rouge, Violette longue, Vitelotte, Lesquin, Caillou blanc, Aurora. Ces variétés contiennent de 16,9 à 18,8 de matières azotées pour 100 de fécule ;

3º Variétés passables : Pousse-debout, Victor, Rognon rose, Rother Salat, Saucisse, Flocon de neige, Merveille d’Amérique. Ces variétés renferment de 16 à 17 de matières azotées pour 100 de fécule.

Les variétés les moins recommandables ne contiennent plus que 8,4 à 15,8 de matières azotées pour 100 de fécule. Ce sont presque toutes des variétés industrielles ou fourragères, telles que Éléphant blanc, Champion, Semis A de M. H. Rigault, Farineuse rouge, Géante bleue, Institut de Beauvais, Junon, Magnum bonum, Early rose, Négresse, Richter’s Imperator. Ce n’est pas cependant que quelques-unes de ces dernières variétés n’offrent certaines qualités culinaires qui ne sont pas à dédaigner.

Engrais. — Pour les variétés agricoles, nous avons parlé des engrais, à propos de la préparation du sol pour la culture. Nous dirons ici quelques mots des engrais qui sont utilisés pour favoriser le développement des Pommes de terre potagères. On peut dire qu’en général, on se préoccupe dans la petite culture de préparer le sol pour y cultiver d’abord des variétés de primeur, puis des précoces, de telle sorte que le terrain se trouve ensuite tout préparé pour y installer d’autres cultures de légumes. Les plates-bandes, consacrées aux Pommes de terre moins hâtives, sont dis-