Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1781, tome 1.djvu/485

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ont très-bien réussi. Dans les Pays-Bas autrichiens & en Allemagne, ses charmilles sont traitées de cette manière, &c. Consultez le mot Haie, où ces principes & cette pratique seront plus développés.


CHAPITRE VI.

Des usages médicinaux & économiques de l’Amande, & de l’huile qu’on en retire.

Propriétés. L’amande a une saveur agréable ; elle est huileuse, & la pellicule qui la recouvre est chargée d’une poussière résineuse brune. Les amandes, en général, sont pesantes pour certains estomacs, & elles sont laxatives & anodines. On dit les amandes amères stomachiques & fébrifuges. Les amandes douces, triturées dans l’eau pure, augmentent le cours des urines, surtout lorsqu’il y a chaleur & ardeur dans les voies urinaires, & elles fatiguent moins l’estomac que les semences de courge. Elles sont indiquées dans les maladies inflammatoires, où il n’existe ni oppression, ni expectoration difficile, ni météorisme, ni humeurs acides dans les premières voies, ni tendance des humeurs vers la putridité. Elles calment les feux de la poitrine, sans favoriser l’expectoration ; elles diminuent les symptômes de la gonorrhée virulente, la toux convulsive, la soif occasionnée par de violens exercices, ou par des substances âcres ; elles sont rarement utiles dans la fièvre ardente, dans la fièvre inflammatoire, dans la phthisie pulmonaire essentielle, dans le marasme, &c.

Les amandes amères recommandées pour faire mourir les vers, produisent rarement cet effet.

Le sirop d’orgeat convient dans les mêmes espèces de maladies que les amandes douces triturées dans l’eau édulcorée avec le sucre.

L’huile d’amande douce à petite dose ne produit aucune évacuation sensible ; à forte dose, elle purge ; elle est quelquefois utile dans les coliques produites par des substances vénéneuses ; dans les maladies convulsives des enfans, occasionnées par des humeurs âcres, & même par des humeurs acides. Dans ce dernier cas, il vaut mieux faire usage des yeux d’écrevisse, ou tout simplement de la craie blanche.

Donnée en lavement, elle soulage dans les coliques & les tenesmes engendrés par des matières âcres ; dans la constipation par la trop grande dureté des matières fécales, ou par la forte contraction du rectum.

Extérieurement appliquée en onction, elle relâche ; elle diminue souvent la dureté & la douleur des tumeurs phlegmoneuses, mais en même tems elle les dispose à la suppuration.

L’huile d’amande douce se donne pour l’homme depuis demi-once jusqu’à quatre onces ; & pour l’animal, à la dose de demi-livre.

Pour la manière dont on prépare le sirop d’orgeat, voyez le mot Sirop.

L’huile des amandes douces ou amères est toujours douce. Il y a deux manières de la retirer ; ou sans le secours du feu, ou avec le feu. Pour la retirer sans feu, il faut commencer par secouer les amandes dans un sac, afin d’enlever l’écorce