Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1781, tome 1.djvu/570

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


moi, & je m’en trouve très-bien. Ce n’est pas tout : le propriétaire obligera chaque soir le maître-valet de faire sa revue, d’examiner si aucun outil n’est égaré. Je ne connois qu’un seul moyen de le rendre soigneux & vigilant : c’est de lui donner en compte le nombre des outils, de le rendre responsable de ceux qui seront perdus ou cassés, à moins qu’ils ne soient brisés par vétusté. Son intérêt lui tiendra l’œil ouvert.

La circonférence de l’angar ainsi garnie d’outils, les charrettes, tombereaux, &c. en occuperont le milieu ; mais entr’eux & le mur il doit rester un passage de quelques pieds de largeur, afin de pouvoir commodément se procurer les outils dont on a besoin ; & ceux qui servent le moins souvent, seront placés dans l’endroit le moins commode de l’angar.

On connoît par la seule inspection, en entrant dans une métairie, si le propriétaire a l’esprit d’ordre. Si au contraire le désordre y règne, il est très-naturel de supposer que le même désordre règne dans la culture des champs, dans le gouvernement du bétail, &c.


ANGE. (Poire d’) Consultez la liste des poires, au mot Poire.


ANGÉLIQUE. (Pl. 15, p. 523) Suivant M. Tournefort, elle entre dans la quatrième section de la septième classe, qui comprend les herbes à fleurs en rose, disposées en ombelle, dont le calice devient deux semences ovales, aplaties & assez petites ; & il la nomme imperatoria sativa. M. le chevalier Linné l’appelle angelica archangelica, & la classe dans la pentandrie digynie.

Fleur B, vue de face ; C, vue est dessous, composée de cinq pétales égaux D un peu recourbés, d’un jaune pâle, & qui tombent bientôt. Les étamines sont au nombre de cinq, placées entre chaque pétale. Le pistil E est divisé en deux. Les fleurs sont portées sur des rayons disposés en ombelle. L’enveloppe générale de ces rayons est petite, divisée en trois ou cinq folioles. L’angélique cultivée dans nos jardins en est souvent dépourvue ; l’enveloppe partielle est divisée en huit. La masse des rayons forme, par leur disposition, une tête presque ronde, & chaque rayon porte à son sommet une certaine quantité d’autres petits rayons couronnés de fleurs, qui forment à leur tour des têtes arrondies.

Fruit F, est obrond, anguleux, divisé en deux semences ovales, planes d’un côté, entourées d’un rebord H, convexes de l’autre, & marquées de trois lignes G.

Feuilles : elles embrassent la tige par leur base ; elles sont membraneuses à leur naissance, deux fois ailées, terminées par une foliole impaire, & les folioles sont opposées, simples, légérement découpées sur leurs bords.

Racine A, en forme de fuseau, garnie de quelques fibres.

Port. La tige est herbacée, creuse, rameuse, de la hauteur de trois à quatre pieds, & souvent plus, suivant le terrain où elle croît.

Lieu. Les Alpes, les montagnes d’Auvergne, &c. Cultivée dans nos jardins. Fleurit en Juillet & en