Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1782, tome 2.djvu/161

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ou Benot, Comporte sont autant de mots usités dans différentes provinces pour signifier un vaisseau de bois à deux mains ou cornes, découvert en-dessus, composé de douves & d’un seul fond, plus long que large, & ouvert dans la totalité par-dessus, dans lequel on transporte la vendange en nature. Les douves sont fixées par six cerceaux. Si la partie supérieure est garnie d’un fond dans lequel on a ménagé un trou qu’on peut fermer à volonté avec un bouchon, il sert alors à transporter le vin nouveau, & quelquefois le vin vieux. Les grandes bannes sont destinées pour les charrettes, ou bien deux hommes armés de deux barres de cinq à six pieds de longueur les portent à bras. Les ânes ou les mulets, en portent deux lorsqu’ils sont plus petits. Ces vaisseaux seront représentés dans la gravure du mot Cuve. La grande observation à avoir lorsqu’on achète ces bannes, consiste à examiner si les deux mains ou cornes sont placées dans une opposition parfaite. Pour peu que l’une s’écarte de cette direction, la banne, placée sur les deux barres, penche d’un côté & le vin se répand. La douve qui tient à la corne doit être d’une seule pièce avec elle. Il est inutile de parler ici de la manière de préparer les douves, cet article sera traité fort au long au mot Tonneau. Comme les bannes ne servent pour ainsi dire que dans le tems des vendanges, & qu’il faut que les hommes les manient souvent, soit pour les remplir, les porter, soit pour vider leur contenu dans la cuve ou dans les tonneaux, il est prudent de les faire d’un bois léger ; le saule, le peuplier, suffisent ; celles en chêne ou en châtaignier sont trop pesantes ; il vaut mieux leur donner plus de capacité.

Le mot banne a encore d’autres significations. Il désigne une voiture faite en tombereau, dont le fond est fermé par des trapes qui s’ouvrent & tombent quand on veut la vider.

À Paris on nomme charbon de banne celui qui vient dans des espèces de fourgons garnis de claie.

À Lyon on appelle benne la mesure qui sert à la vente du charbon de pierre ; elle est faite comme la banne dont on vient de parler, mais elle a une mesure fixe. Ce charbon se vend à mesure comble.

On nomme encore benne un vase dans lequel on fait transporter par les bêtes de somme, du blé, de la chaux, &c.


BANQUETTE. Terme de jardinier pour désigner des palissades basses à hauteur d’appui.


BAQUET. Sorte de petit cuvier de bois dont les bords sont fort bas. Ils sont construits avec des douves, des cerceaux, un fond, & garnis d’une ou de deux mains ; quelques-uns n’en ont point. Ce vase est fort commode pour tirer le vin en bouteille, ou pour recevoir les baissières & les lies des tonneaux. Il est représenté dans la gravure au mot Barrate, Fig. 1. armé d’un côté d’une main de fer A, & de l’autre d’une corne en bois B pour le rendre plus portatif. Plusieurs de ces baquets n’ont ni main ni cornes. Nous rapportons au mot générique baquet, plusieurs autres vaisseaux approchant, pour la forme, tels qu’on