Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1782, tome 2.djvu/429

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


& sur les environs d’une plaie nouvelle, accompagnée de violentes contusions. Mise sur les plaies récentes & profondes, & sur les ulcères, elle s’oppose à la consolidation des premières, & à la cicatrice des seconds.

La dose de la boule de Mars, pour l’intérieur, est depuis dix grains jusqu’à une drachme, en solution dans six onces de véhicule aqueux où vineux : pour l’extérieur, depuis demi-drachme jusqu’à deux drachmes, en solution dans deux livres d’eau-de-vie. M. Nicolas, apothicaire à Nanci, compose les boules les plus renommées.


BOULEAU. (Voyez Planche 14, pag. 404). M. Tournefort le place dans la classe des arbres & arbrisseaux à fleur en chaton, dont les fleurs mâles sont séparées des fleurs femelles sur le même pied, dont les fruits sont écailleux & en forme de cône ; & avec Dodoens, il l’appelle betula. M. von Linné le nomme betula alba, & le classe dans la monoecie tetrandrie.

Rozier - Cours d’agriculture, tome 2, pl. 14 bouleau.png

Fleur. Les fleurs mâles sont rassemblées sur un chaton alongé représentées en B & en C. La Figure B montre un individu mâle dans sa position naturelle avec les étamines. La Figure C offre la même fleur renversée, dépouillée des étamines, ou pour mieux dire, le calice de la fleur, qui est une écaille obronde, terminée en pointe & creusée en cuiller. Cette écaille est accompagnée à sa base, de deux folioles ovales, terminées en pointe, également creusées en cuiller, comme on le voit en C. Une des étamines est représentée en D.

Les fleurs femelles sont, ainsi que les fleurs mâles, rassemblées sur un chaton A. Le même chaton, dépouillé d’une partie de ses fleurs, est représenté en G. L’individu femelle E consiste en un seul pistil F ; lequel est composé de l’ovaire, de deux stiles & de deux stigmates. Le pistil repose sur la base d’une écaille H, qui est divisée en trois lobes. Le chaton G est figuré dans son état de maturité ; aussi voit-on encore plusieurs fruits attachés à ses écailles. Ces mêmes fruits sont représentés, en III, séparés de leurs écailles ; chacun d’eux est composé d’une capsule à deux loges, qui devroient contenir chacune une graine, si ordinairement l’une des deux n’avortoit pas. La semence est bordée de deux ailes membraneuses.

Feuilles, ovales, presque triangulaires, pointues, finement dentées en manière de scie ; la surface supérieure est d’un vert clair, & l’inférieure d’un vert blanchâtre.

Racine, rameuse, ligneuse.

Port. Arbre de médiocre grandeur ; le bois tendre & blanc ; l’écorce presqu’incorruptible, blanche, lustrée, satinée sur les jeunes branches, raboteuse sur les troncs ; les boutons alongés, les feuilles quelquefois doubles.

Lieu. Les bois, les taillis, dans les montagnes ; & fleurit communément en Mai & Juin.

Propriétés. Les feuilles sont un peu odorantes, & d’une saveur agréable ; l’écorce du tronc & des branches, d’une odeur aromatique & douce. En perçant l’écorce dans le tems de la sève, il en découle une liqueur légèrement acide, douce, agréable & diurétique. On peut la