Page:Rugendas - Voyage pittoresque dans le Brésil, fascicule 16, trad Golbéry, 1827.djvu/9

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
( 51 )

la connaissance de leurs affaires, et cet esprit d’indépendance s’est manifesté dans le provinces septentrionales du Brésil et surtout à Pernambuco.

Tandis que l’opinion publique dans les provinces méridionales du Brésil et dans la plus grande partie du pays réclamait de plus en plus leur séparation d’avec la métropole, Pernambuco de son côté demandait non moins vivement à s’isoler du gouvernement central du Brésil. Des mouvemens qui y furent suscité en 1817 par Marinho, l’insurrection de 1824, à la tête de laquelle se trouvait Cavalho, étaient sans doute l’ouvrage de quelques ambitieux ; mais ce serait une erreur dangereuse de nier que l’esprit du fédéralisme, qui gagne de plus en plus en Amérique, n’ait fait de très-grand progrès parmi les habitans de Pernambuco et parmi ceux de Bahia. Quoi qu’il en soit, et quelque jugement que l’on porte sur les causes de ces agitations, il est un fait incontestable ; c’est que dans la malheureuse défense des habitans de Pernambuco contre les troupes impériales en 1824, les habitans ont fait preuve d’une grande valeur et se sont imposé des sacrifices dignes de la meilleure des cause et d’un succès différent. Les citoyens de Recife et d’Olinda couvrirent de leurs cadavres les positions que leur avaient confiées des chefs inexpérimentés ; ils ont montré qu’en eux n’était point encore éteinte l’ardeur de leurs ancêtres. Si cet esprit, si les excellentes dispositions qui distinguent le caractère des Brésiliens du nord sont les garanties de l’avenir du pays, d’un autre côté il faut bien reconnaître que l’égoïsme des chefs de parti, leur peu d’intelligence, l’aveuglement et la faiblesse du chef du nouvel État pourraient faire ressortir de ces mêmes dispositions le germe qui produirait les fruits les plus amers. Puisse le dominateur actuel de ce beau pays résoudre encore cette difficile question ! Puisse-t-il s’épargner à lui-même, à ses successeurs, et surtout à son peuple, les terribles épreuves qui paraissent le menacer encore !



----