Page:Ruskin - La Bible d’Amiens.djvu/248

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


l’ardeur sans frein de la nature inférieure[1] et ont appris à chérir ce qui est charmant et humain dans les enfants errants des nuages et des champs.


Avallon, 28 août 1882.

  1. Cf. Bossuet, Élévations sur les mystères, IV, 8 : « Contenons les vives saillies de nos pensées vagabondes, par ce moyen nous commanderons en quelque sorte aux oiseaux du ciel. Empêchons nos pensées de ramper comme font les reptiles sur la terre… Ce sera dompter des lions que d’assujettir notre impétueuse colère. » — (Note du Traducteur.)