Page:Ruskin - Les Matins à Florence.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
2
LES MATINS À FLORENCE

Vous préféreriez sans doute examiner d’abord une oeuvre de sa meilleure période et de sa meilleure manière.

Il travailla, de l’âge de douze ans à l’âge de soixante ans (a), à des peintures de très faibles ou de très grandes dimensions ; il en peignit quelques-unes négligemment, dont les sujets l’intéressaient peu, d’autres très soigneusement, de tout son cœur. Vous voudriez certainement, et ce serait sage, voir d’abord Giotto dans son œuvre la plus puissante et la plus fervente,- voir de lui, si possible, une peinture de grandes dimensions, vigoureusement exécutée, traitant d’un sujet qui lui plaise.Si ce sujet vous plaisait aussi, cela vaudrait certainement encore mieux.

2. Si l’art ancien vous intéresse vraiment, vous ne pouvez pas ignorer l’importance du xIII° siècle. Vous savez que son caractère était incarné dans son meilleur roi, saint Louis, et totalement exprimé par lui. Vous savez que saint Louis était un Franciscain et que les Franciscains, pour lesquels Giotto, conseillé par Dante, peignait continuellement, étaient plus fiers de saint Louis que d’aucun autre de leur frère ou sœur de sang royal. Si Giotto pouvait se faire une image pieuse et vénérée de quelqu’un, c’était donc bien de saint Louis - au cas où il aurait eu à le représenter quelque part.

Vous savez aussi qu’on fit à Giotto la commande du campanile du Dôme, parce qu’il était alors le meilleur

4o Que les fresques de Santa Croce sont les dernières en date des œuvres du maître qui nous ont été conservées (probablement, après 1317).

Quant aux fresques d’Assise, les uns les placent avant, les autres après celles de Rome (13oo) ; les deux opinions sont peut-être conciliables. C’est à la période d’Assise que l’on rattache la grande fresque du Bargello (contestée).

Voir : Burckhardt, Mason Perkins, Berenson, etc.

(a) Cette croyance en l’extrême précocité du maître a été répandue par Vasari, qui fait dater la naissance de Giotto de 1276 ; la critique moderne a préféré se baser sur le témoignage d’un contemporain, Pucci.