Page:Ségur - Histoire universelle ancienne et moderne, Lacrosse, tome 1.djvu/15

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
13
ANCIENS PEUPLES.

chasseurs, et après eux les peuples pasteurs, ont été les plus lents à se civiliser ; et les nations livrées aux travaux de l'agriculture sont celles dont les progrès ont été les plus rapides. L'on en conçoit facilement la raison, puisque l'art de cultiver la terre rend les sciences nécessaires et l'industrie indispensables. Cet art demande des intrumens, fait naître les fabriques et les métiers, exige la connaissance du temps, des saisons et du cours des astres ; enfin, l'agriculture multiplie les lumières des hommes, leurs rapports, leurs besoins et leurs jouissances.

Sur leurs gouvernemens Quant à la forme variée des gouvernements que se sont donnés différens peuples, elle a dépendu de la position dans laquelle ils se trouvaient, de la nécessité plus ou moins pressante de se défendre contre l'invasion des tribus nomades ou contre le pillage des chasseurs, et sur-tout du caractère des hommes que cette nécessité pourrait croire qu'une peuplade tranquille, n'ayant à craindre que le choc des intérêts particuliers, a pu long-temps se laisser gouverner pacifiquement par la sagesse des vieillards ; tandis qu'une nation, menacée par ses voisins et forcée d'obéir au plus brave pour se défendre, aura marché plus rapidement à l'état monarchique.

Au surplus, comme les peuples n'ont écrit l'histoire de leur gouvernement que lorsqu'ils ont été fort avancés dans leur civilisation, il est évident que nous ne pouvons savoir rien de positif sur l'origine et les premiers progrès de ce- même gouver-