Page:Ségur - La Santé des enfants.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


une allumette ou un chiffon de papier ; quand l’esprit-de-vin est enflammé, appliquez immédiatement la ventouse ou le verre sur la partie où vous devez les mettre, et laissez quelques minutes. Ayez soin d’agir promptement, pour ne pas donner aux parois du verre le temps de s’échauffer, ce qui causerait une brûlure au moins inutile.

Quand vous voudrez retirer la ventouse, penchez-la légèrement de côté, appuyez avec votre doigt sur la peau du côté opposé, pour faire entrer l’air dans la ventouse ; elle se détachera immédiatement.

On peut appliquer deux, trois, quatre ventouses à la fois ; mais c’est un peu douloureux à cause de la tension de la peau.


bouteille d’eau bouillante pour les pieds.


Prenez un cruchon ou une bouteille de grès, remplissez d’eau presque bouillante, bouchez solidement. Ployez une serviette en fichu, roulez-la autour de la bouteille, renouez les deux bouts du fichu de manière à maintenir le bouchon, et mettez dans le lit en ayant soin de ne pas faire toucher aux pieds de l’enfant, de crainte de le brûler.

Renouvelez l’eau chaude toutes les cinq ou six heures.


remèdes qu’il faut toujours avoir.


1. Émétique, en petits paquets d’un grain chacun. (Se garde indéfiniment.)

2. Sirop d’ipécacuanha ; trois onces. (Demande à être gardé dans un endroit frais ; doit se remplacer quand il est fermenté ; on s’aperçoit de la fermentation quand il se forme de la mousse au-dessus et lorsqu’en ouvrant le bouchon il s’échappe une petite vapeur.)