Page:Ségur - La soeur de Gribouille, Hachette, 1886.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


sujet des robes faites par Caroline. Mme Delmis, surprise, écoutait, tantôt riant des naïvetés de Gribouille, tantôt indignée de la méchanceté de Rose.

madame delmis.

J’aurai soin que ces mauvais procédés ne recommencent pas, ma pauvre Caroline ; Mlle Rose aura son paquet à mon retour.

gribouille.

Madame veut-elle que je le lui porte ?

madame delmis, riant.

Non, non, Gribouille ; le paquet que je veux lui donner sera une bonne gronderie et un avertissement de chercher une autre maison que la mienne pour exercer ses méchancetés.

Mme Delmis dit adieu à Caroline et à Gribouille, et sortit pour retourner chez elle, accompagnée de Mme Grébu, qui n’avait pas dit une parole.

madame delmis.

Je m’étonne, ma chère, que vous n’ayez pas parlé ; je croyais que vous alliez dire à Caroline de faire vos robes.

madame grébu.

J’aime mieux attendre que les vôtres soient arrangées, pour me bien convaincre que c’est vraiment elle qui les fait.

madame delmis.

Comment ! vous croyez encore ce que nous a dit cette méchante Rose ?