Page:Ségur - Lettres d une grand mère.djvu/35

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Vendredi, 1er mai 1867.


Mon cher petit, ton oncle Gaston t’envoie ce paquet de boules de gomme contre la toux ; il les a bénies en leur ordonnant de te faire du bien et de ne pas te faire punir…

Je t’enverrai chercher bien exactement mardi, à 7 heures et demie…..

Vous dînerez tous chez moi avec les cousins Pierre et Henri. Dans la journée, vous courrez après le bœuf gras ; il y en a douze énormes au Jardin d’acclimatation, et achetés par le même boucher….

Je t’envoie une toupie volante ; il faut monter neuf tours pour qu’elle aille bien et la lancer d’un peu haut. Adieu, mon cher bon petit, je t’embrasse bien tendrement. Tes cousins te félicitent sur ta 15e place et s’étonnent de la rapidité de ton avancement. Adieu, mon petit chéri ; je t’envoie aussi quelques timbres saxons et piémontais.


─────


Les Nouettes, 1861, 6 mai.


Depuis que tu es parti, mon cher petit Jacques, il fait un temps magnifique ; et pendant tes vacances, tu n’as pas eu une seule belle journée. Papa te cherche d’avance un bon petit cheval, bien sûr, pour les vacances ; il croit qu’au bout de 8 ou 10 jours, tu pourras venir seul aux Nouettes et te promener dans les environs. Je te recommanderai bien à la protection de la sainte Vierge, pour qu’elle te préserve de tout accident, ce qui ne m’empêchera pas d’être bien inquiète toutes les fois que tu monteras seul. Heureusement que tu es prudent à cheval comme à la chasse. Papa