Page:Ségur - Un bon petit diable.djvu/208

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


XV
madame mac’miche
dégorge et s’évanouit


le juge de paix, voyant entrer Charles.

Comment, te voilà, mon garçon ? Eh bien tu n’as pas fait une longue station à Fairy’s Hall. Comment t’en es-tu tiré ? Est-ce pour longtemps ?

charles.

Pour toujours, monsieur le juge ! Et je viens vous demander votre appui pour ne pas rentrer chez ma cousine Mac’Miche, qui, d’ailleurs, ne veut pas de moi ; et puis, pour me permettre de vivre chez mes cousines Daikins.

le juge.

Écoute, mon ami ; pour moi, ça m’est égal ; mais tu ne dépends pas de moi seul. Tes cousines Daikins ne sont pas riches, tu le sais ; bien peut-être ne voudront-elles pas de toi. Elles n’auront pas de quoi t’entretenir.