Page:Sénac de Meilhan - L'Émigré, Tome 1.djvu/192

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

quatre-vingts personnes et nous suivîmes le cours du Pô. Les combinaisons de la pauvreté industrieuse diminuèrent les frais que semblerait devoir coûter un aussi long voyage. Quinze francs par tête nous acquittèrent de tout. Je ne puis, pour l’honneur de l’humanité, passer sous silence la réception des habitans de tous les lieux où la barque s’arrêtait le soir. Dès la première soirée nous vîmes à Casal, le curé, les magistrats et un grand nombre d’habitans qui s’étaient rendus sur la rive pour nous offrir leurs maisons et nous prodiguer les marques les plus touchantes d’intérêt ; ils nous partagèrent entre eux pour nous doner des lits et un bon souper, et dans un quart-d’heure quatre-vingts personnes se trouvèrent réparties chez les plus considérables habitans qui regardaient comme un