Page:Sénancour - Rêverie sur la nature primitive de l’homme, tome 2.djvu/199

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l’homme tranquille, arrêtera les passions émues par le
pouvoir et les armes. Le terrain que vous élevez est
acquis pour toujours : vous posez une barrière que les
grands fléaux de la terre ne passeront pas. Un peuple
renverse les monumens d’un autre peuple mais qui renversera
les monumens du genre humain ? C’est l’irrévocable
impossibilité ; c’est le niveau nécessaire, cette loi invisible
et sûre qui finit aux rivages de l’Océan la vaine menace
des eaux soulevées.

FIN