Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 11.djvu/121

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


35

rire. Je m’imagine que tout de suite vous irez à Grenoble, et quoique cela m’éloigne de vous, je suis bien aise que vous quittiez Vauréas, et ces évêques, et ces petitsmaîtres. Ne m’oubliez point, ma chère cousine je n’y entendrois aucune raillerie. J’oublie5.

  • r5. DE MADAME DE SIMIAKE AU MARQUIS DE CAUMOHT1.

L’HONNEUR de votre amitié, Monsieur, et celle de Mme de Caumont peuvent remplir une partie des vœux 5. Le reste de la lettre-manque.

LETTRE i5 (inédite, revue sur l’autographe). i. Cette lettre est probablement de la fin de 1727 ou du commencement de 1728 Georges I™ étant mort le 22 juin 1727, leprétendant Jacques-Edouard (Jacques III, le chevalier de Saint-Georges) « quitta inopinément l’Italie pour se rendre en lieu où ilfût plusàportée de l’Angleterre.mais rien n’ayant remué, il se retira à Avignon, où après avoir resté quelque temps, il prit le parti de retourner en Italie, et arriva à Boulogne (Bologne) le 7 janvier 1728. » (Woréri.)

Joseph ou Joseph-François de Seytres, comte de Caumont, marquis de Vaucluse, etc., d’une ancienne maison originaire du Valentinois, établie à Avignon depuis le milieu du quinzième siècle, et qui s’est éteinte il y a peu d’années. Né à Avignon en juin 1688, il y mourut le z5 septembre 1745. Il fut reçu en i736 à l’Académie des inscriptions, comme associé étranger, et agrégé à la Société royale de Londres en 1740 il fut encore de l’Académie de Marseille et de celle des Arcades de Rome. Le marquis de Caumont a fait insérer dans le Mercure quelques dissertations intéressantes; un certain nombre de ses lettres, dont sa famille conserve les minutes, traitent aussi de sujets d’antiquités ou de littérature. Il avait rassemblé dans son bel hôtel d’Avignon d’importantes collections d’ana tiquités, de manuscrits, de livres précieux. Il entretenait des relations avec un grand nombre d’hommes savants ou célèbres à divers titres; ï il compta parmi ses amis ou ses correspondants le président Bouhier, Montfaucon, Lacurne de Sainte-Palaye, de Boze, d’Aguesseau, Voltaire, l’antiquaire Seguier, Mirabeau, l’ami des hommes, lemarquis

1727