Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 11.djvu/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

38

i!»5

vous prie de vous charger de cette négociation, de me donner quelquefois de vos nouvelles, et d’être persuadé, Monsieur, que personne dans le monde n’est autant que moi votre très-humble et très-obéissante servante, GrIGNATî DE SlMIàNE.

Permettez-moi de souhaiter au cher voisin6 un parfait rétablissement de sa santé et toutes les bénédictions du ciel, dont il m’a paru commencer à faire beaucoup de cas; je l’embrasse de tout mon cœur, avec votre permission, et voudrois bien aussi7

  • l6. DE MADAME DE SIMIAH-E AU MARQUIS DE GAITMOST.

3i mars.

ON vous envoie toutes sortes de choses, Monsieur le Marquis, et vous ne dites pas un mot cela n’est pas loyal. L’adresse de M. du Bois auroit-elle été fautive? J’en serois vraiment bien fâchée, car j’ai fait cheminer par cette voie maints écrits curieux. Dites-moi, je vous prie, si vous les avez reçus, et vingt-cinq bons francs que Châteaurenard a du vous faire toucher. Il n’y a rien de nouveau en ce pays-ci que Pâques2, qui ont réjoui tout le monde, même les plaideurs qui vont recommencer leur besogne. Que dites-vous des 6. Peut-être la Bâtie: voyez ci-après Ieslettresde date incertaine, n»= 3 et g.

7. La fin de ce post-scriptum manque.

LETTRE 16 (inédite, revue sur l’autographe). 1. Voyez la note 3 de la lettre du ig juillet i73o, ci-après, p. 46.

3. Pâques en 1728 était tombé au 28 mars.