Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 11.djvu/199

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


n3

1732

M. de Bandol est arrivé eu bonne santé à Paris, non sans encombre8 sa chaise s’est cassée àNevers, il a été obligé d’y en acheter une. Mon Dieu! qu’un petit gentilhomme à lièvre4 est heureux dans sa gentilhommière! Rien ne le trouble, il n’espère rien, il ne craint rien, ses jours coulent dans l’innocence; il est sans passion et sans ennui; il n’a besoin’ que de ses guêtres, elles font tout son équipage; quand elles se rompent, une aiguillée de fil en fait l’affaire. Je le place dans les montagnes du Forez et du Vivarais, afin que les nouvelles ne parviennent à lui qu’au bout de deux ou trois ans. Il me semble que je le vois d’ici, tant mon imagination se remplit vivement de cette idée. Qu’il y a loin de lui à Monsieur le Grand Prieur6! Je vous prie de lui faire valoir que malgré mon goût et ma subite inclination pour ce paisible forestier, je l’aime encore davantage dans ce moment c’est tout ce que je puis dire de plus fort. Adieu, Monsieur honorez toujours de votre amitié la personnedu monde qui vous est leplus sincèrement dévouée. 3. Dans la même édition et à Paris, sans encombre. » 4. Vivant à sa campagne de ses choux et de son fusil comme dit Saint-Simon, tome VI, p. 445.

5. L’édition de I773 donne « il n’a soin, » au lieu de « il n’a besoin, » et à la ligne suivante quand elles se coupent, » au lieu de « quand elles se rompent. »

6. Jean-Philippe d’Orléans, fils naturel (légitimé en 170(1) du duc d’Orléans régent, et de Marie-Louise-Madeleine- Victoire le Bel de Seri, comtesse d’Argenton, fille d’honneur de Madame, duchesse d’Orléans douairière. Il fut connu d’abord sous le nom de chevalier d’Orléans, et devint grand prieur de France avec des dispenses et par démission du prieur de Vendôme en 17 19. Il était en outre, depuis 17 16, général des galères et lieutenant général ès mers du Levant il mourut à l’âge de quarante-six ans, le 16 juin 1748. (Note de l’édition de 1818.) Nous avons vu (p. 100, note 4) qu’il était venu de la part du Roi, le 17 décembre précédent, complimenter don Carlos à Cannes, et l’avait accompagné jusqu’à Antibes.

Mme de Sévigifé. xi g