Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 11.djvu/295

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Eik 2<>9

cri épouvantable, comme d’un revenant. Je ne comprends rien à ce funeste et faux bruit. II est au reste trèssensible à votre sensibilité, et m’a priée de vous en bien témoigner sa reconnoissance.

Je souhaite passionnément que Majastres4 perde son procès contre le marquis de Lévi2. Il fait bien de le solliciter, et moi bien de desirer qu’il perde. Il n’est pas en état de s’embarquer assurément, et cette commission ne paroit pas exiger une sorte d’empressement qui aille jusqu’à hasarder sa vie c’est là mon idée. J’ai eu l’honneur de voir Mme de Bonneval; elle est très-bien, mais elle est grosse c’est une maladie à part qui doit avoir son cours. Voilà donc Mlle Bouquet congédiée; il n’y a de mal à cela, selon moi, que d’avoir trop tardé à faire cette expédition. La petite sœur est, en vérité, pleine de douceur et de raison. Vos affaires traînent en longueur d’où viennent-elles donc, Monsieur? De trainerie en traînerie pourrions-nous gagner les lilas ? Si nous y parvenons, je cours, je vole. Mais il y a un préliminaire dont je vous confie et le secret et la conduite c’est qu’il faut que M. de Villemont ne se fâche pas3. Amenez donc d’un peu loin ce voyage et cette visite que vous exigez de moi, et que nous ayons toute sorte de permission et d’approbation le Valentin» est extrêmement délicat en Lettre 119. 1. Voyez ci-dessus, p. 18a, note 3.

2. Moréri mentionne en même temps que le chevalier de Lévi (voyez ci-dessus, p. 20, note 4), un marquis de Lévi, également de la branche de Gaudiez, et fait lieutenant de galères le i5 avril i73p. 3. iVIme de Simiane logeait ordinairement à Marseille chez M. de Villemont. Voyez ci-dessus, p. i55, note 4. Dans l’édition de 1773, par une faute de copie ou d’impression « que M. de V. ne le sache pas. »

4. Dans l’édition de I773 « le V. » Valentin était un autre nom ou un surnom de M. de Viliemont voyez ci-dessous la lettre du 8 août 1736, p. 24fi.

Mme DE Séviché. XI r^

[335