Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 4.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 61 —


———
1675
n’avoit pas voulu obéir à ce jeune duc de Zell[1], qui est

  1. Ce duc avait cinquante et un ans, mais pouvait bien paraître jeune à un vieux chef d’armée comme Charles IV, qui, né quelques mois avant Bernard de Weimar, son ancien adversaire, venait d’entrer dans sa soixante-douzième année. — Georges-Guillaume et Jean-Frédéric de Brunswick Lunebourg Zell étaient devenus en 1665, à la mort de leur frère aîné Christian-Louis, le premier duc de Zell, le second duc d’Hanovre. Un troisième frère, Ernest-Auguste, alors évêque d’Osnabruck (depuis 1662), recueillit en 1679 la succession d’Hanovre, s’assura en 1692 celle du duché de Zell, et obtint de l’Empereur la dignité électorale : ce futur électeur d’Hanovre se trouva, ainsi que son jeune fils Georges-Louis (âgé alors de quinze ans, roi d’Angleterre en 1714), au combat de Conz-Saarbruck. — Georges-Guillaume duc de Zell avait épousé une Française. « Elle étoit fille d’Alexandre Desmiers, seigneur d’Olbreuse, gentilhomme de Poitou, protestant, qui…. passa en Allemagne et s’établit en Brandebourg, où sa fille, belle et sage, fut fille d’honneur de l’Électrice, veuve de Christian-Louis duc de Zell…. Georges-Guillaume, frère du premier mari de cette électrice, duc de Zell par la mort de son frère aîné, devint amoureux de cette fille d’honneur de l’Électrice, et l’épousa. Dans la suite il obtint de l’Empereur de la faire princesse de l’Empire pour couvrir l’inégalité de ce mariage, et que leurs enfants…. pussent succéder. Il mourut en août 1705, à quatre-vingt-un ans, elle en février 1722, ne laissant qu’une fille mariée (1682) à son cousin germain Georges-Louis. successeur de la reine Anne à la couronne d’Angleterre, dont le fils y règne aujourd’hui, et que son mari, jaloux d’elle, longtemps avant d’être roi d’Angleterre, tint enfermée le reste de ses jours, après avoir fait jeter dans un four ardent le comte de Kœnigsmarck. — Jean-Frédéric, frère cadet de Christian-Louis…. et de Georges-Guillaume, avoit usurpé le duché de Zell sur GeorgesGuillaume, mari…. d’Éléonore Desmiers…. Georges-Guillaume conquit et garda le duché de Zell, et Jean-Frédéric demeura duc d’Hanovre. Il (ce duc d’Hanovre) se fit catholique en 1657 et mourut en 1679. Il avoit épousé en 1667 Bénédicte-Henriette-Philippine (fille de la Palatine voyez tome II, p. 393, note 3)…. Ainsi cette Éléonore Desmiers Olbreuse étoit belle-sœur de la duchesse d’Hanovre ou de Brunswick, que nous avons vu mourir à Paris, au Luxembourg, il n’y a pas longtemps, et belle-mère du second électeur d’Hanovre, premier roi d’Angleterre de sa maison, et grand’mère du roi d’Angleterre, électeur d’Hanovre d’aujourd’hui. Malgré l’inégalité de son mariage qui se pardonne si peu en Allemagne, malgré les malheurs de sa fille, sa vertu et sa conduite la firent aimer et respecter de toute la maison de Brunswick et du roi d’Angleterre, son gendre, et considérer dans toute l’Allemagne. » (Saint-Simon, tome XIX, p. 3og, 31o ; seulement nous nous sommes conformé à Moréri pour les prénoms, fort brouillés dans le texte des Mémoires.)