Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 7.djvu/151

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

1681 croyois assurément que vous m’eussiez négligé.[1] je ne vous dirois rien de mon commerce avec qui vous savez, avec Chose, comme disoit Sauvebeuf[2] mais dans le doute où j’en suis, je vous dirai qu’on s’en trouve bien, qu’on demande la suite. Il y a sur cela des détails que je ne puis vous écrire ; je vous les dirai bientôt à Paris.

Je vous écris avec bien de la joie de mon ami le comte d’Estrées[3] ; c’est un maréchal celui-là, qui n’a eu de recommandation que son mérite. Il a de la naissance, de l’esprit, de la valeur, et de longs services

Les affaires se brouillent fort avec le pape[4]je pense pourtant qu’il n’y aura point de sang répandu.

Mme de Grignan[5] se porte-t-elle bien ? Il me vient une légère appréhension que ses incommodités ne vous aient empêchée[6] de m’écrire ; mandez m’en des nouvelles

  1. 3. « Si j’étois assuré que ce fût négligence qui vous eût empêché (sic) de m’écrire. » (Manuscrit de la Bibliothèque impériale).
  2. 4. Voyez tome II, p. 468, et la note 1. — Dans notre manuscrit, il y a quelques mots ajoutés en interligne d’une main autre que celle de Bussy : « Comme disoit sottement Sauvebeuf du roi d’Espagne. » — Le manuscrit de la Bibliothèque impériale porte Saubeuf ; celui que nous suivons d’ordinaire Saubeuf, mais dans ce dernier ce nom a été biffé.
  3. 5. Par l’addition de quelques mots en interligne, écrits d’une autre main que celle de Bussy, ce passage a été ainsi modifié dans notre manuscrit : « de la promotion de mon ami le comte d’Estrées. »
  4. 6. Le 19 mars il y eut une assemblée de prélats à l’Archevêché, avec la permission du Roi. « Les agents (du clergé) exposèrent qu’il avoit paru quelques brefs dans lesquels il se trouvoit plusieurs choses contraires aux maximes, aux lois et aux libertés de l’Église gallicane, aux canons qui s’observent en ce royaume, et au concordat qui doit y être gardé… L’assemblée… témoigna une douleur sensible et uniforme de la manière dure et menaçante dont ils étoient conçus. » (Gazette du 29 mars)
  5. 7. : La belle Madelonne. » (Manuscrit dc la Bibliothèque impériale.)
  6. 8. Il y a empêché, sans accord, dans les deux manuscrits autographes : voyez ci-dessus la note 3.