Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 7.djvu/471

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

1685 de Villeroi avoit amassé quatre cent mille francs pour rembourser la veuve et les héritiers du défunt ; ils faisoient tous deux une cour, Dieu sait quelle ! Ils s’entreprésentoient l’un à l’autre des airs de confiance qui[1] jetoient de part et d’autre des soupçons pleins d’apparences bien fondées. Tout cela se passoit pendant que votre cousin d’Humières achevoit son ambassade auprès du roi d’Angleterre[2]. Il apprit la nouvelle à Londres, et s’en revenoit tout persuadé que ses rivaux avoient fait de grandes avances. Il entre dans le cabinet du Roi, lui conte ses négociations, et n’oublie rien des bons traitements, ou pour mieux dire des tendresses que lui avoit témoignées ce roi, car vous savez qu’il le reçut comme son ancien et cordial ami[3]. Le Roi, j’entends le nôtre, lui dit qu’il étoit fort content de lui. Votre cousin lui répondit que si Sa Majesté le croyoit capable de faire la charge de grand maître de l’artillerie, il lui offroit ses services. Cela surprit le Roi, et il lui demanda s’il trouveroit bien quatre cent mille livres. Il répondit hardiment qu’oui. Sa Majesté lui dit qu’il y penseroit, et le soir même lui manda qu’il lui accordoit cette charge. Je ne vous dirai point l’état pitoyable de ceux qui fondoient leurs espérances, l’un sur les services de son

  1. 10. Notre manuscrit s’arrête au mot qui, par suite de l’enlèvement d’un feuillet, et tout le commencement de l’alinéa a été biffé. La suite est tirée du manuscrit de la Bibliothèque impériale ; mais il n’est pas certain que là même la lettre soit entière, parce que dans ce manuscrit on a aussi arraché plusieurs feuillets ; la correspondance de Mme de Sévigné avec Bussy n’y recommence qu’au 14 novembre 1685 ; voyez p. 471.
  2. 11. On lit dans le Journal de Dangeau, à la date du 1er juillet 1685 : « Le Roi nomma M. le maréchal d’Humières pour aller en Angleterre faire compliment au Roi sur la défaite du duc de Monmouth.
  3. 12. Jacques II (alors duc d’York), Humières et Bussy avaient fait ensemble la campagne de Flandre en 1655 : voyez les Mémoires de Bussy, tome I, p. 444.