Page:Sade - Histoire secrète d’Isabelle de Bavière, reine de France, Pauvert, 1968.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Tours, dans une entrevue convoquée entre le duc de Bretagne et le roi, et où Isabelle, très empressée de voir le duc n’avait pas manqué de se trouver.

Là, le connétable parut avec une somptuosité pour le moins semblable à l’appareil vraiment insolent qu’avait déployé le duc de Bretagne. La reine, médiatrice de cette entrevue, servait à merveille un prince dont elle croyait avoir tant de besoin pour les projets ambitieux qu’elle nourrissait depuis longtemps.

Ce fut là que le duc la raccommoda avec Craon, là qu’Isabelle arrangea le mariage du duc de Bretagne avec une de ses filles, et se contracta cette perfide alliance, dont le seul but était de donner à l’Angleterre un lustre de plus, en alliant à la France un prince qui servait aussi bien ses ennemis. Ces nœuds une fois cimentés, chacun retourna dans ses états.

Le duc de Bretagne ne fut pas plus tôt à Rennes, que, toujours par les instigations d’Isabelle, il ne pensa plus qu’à rompre toutes les promesses illusoires qu’il avait faites à son souverain.

Ce fut au retour de ce voyage, que le roi commença à se ressentir des premiers symptômes de manie. Avec d’autres moyens que ceux qui furent mis en usage, peut-être eût-on prévenu les suites de cet accident ; mais comme on avait malheureu-