Page:Sade - Histoire secrète d’Isabelle de Bavière, reine de France, Pauvert, 1968.djvu/105

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de la cour, mais même des docteurs en théologie, des grands vicaires, des chapelains, des curés, des chanoines, assemblage vraiment monstrueux et qui, disent les historiens contemporains, caractérisait la dépravation de ce siècle grossier, où l’on ignorait l’art si facile d’être vicieux du moins avec décence[1]. Cette réflexion est peu morale : car, que le vice soit caché, ou qu’il se montre, n’est-il pas également dangereux ?… ne l’est-il pas même davantage quand on peut le confondre avec la vertu ?

On désirerait peut-être que nous traçassions ici quelques détails des réunions dont nous venons de parler, nous le ferions sans doute si nous ne nous étions sévèrement interdit tout ce qui peut blesser la décence. Que l’on se contente de savoir que la cour amoureuse d’Isabelle, temple impur où l’on n’encensait que les écarts du sentiment le plus délicat, était bien loin de ressembler aux cours d’amour d’Avignon présidées par Laure et chantées par Pétrarque, où l’on ne pratiquait que les vertus du dieux que l’on outrageait à Vincennes.

Cependant, les fêtes ne faisaient pas négliger les intrigues : le temps qu’on accorde aux premières et presque toujours celui où l’on ourdit mieux les

  1. Voyez Villaret.