Page:Sade - Histoire secrète d’Isabelle de Bavière, reine de France, Pauvert, 1968.djvu/155

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


logés près de l’hôtel Saint-Paul, où les plus grands soins leur furent prodigués. Des prières, des invocations magiques, des breuvages composés de simples, auxquels on ajouta ensuite des perles distillées, tout fut mis en usage, sans aucun succès. De ce moment la méfiance s’empara de tous les esprits, les prétendus médecins furent observés ; leur conduite scandaleuse, les débauches auxquelles ils se livraient, changèrent en certitude ce qui d’abord n’avaient été que des soupçons, et des moyens plus sévères furent employés, lorsqu’on vit que ces misérables faisaient succéder des supplices à d’innocents remèdes : ils se permirent jusqu’à des scarifications sur la tête du roi. On les arrêta et, dans les tourments de la torture, ils avouèrent que le duc d’Orléans les faisait agir.

Quelles lumières vinrent éclairer dès lors la ténébreuse conduite d’Isabelle ! pouvait-on la présumer innocente quand son amant était aussi coupable ?

On arrêta le concierge de l’hôtel d’Orléans, ainsi que le perruquier du roi. Ne pouvant rien découvrir par eux, ils furent promptement relâchés, mais sans que les accusations cessassent de subsister sur Louis.

On atténua le mieux qu’il fut possible des charges qui compromettaient aussi fortement le