Page:Sade - Histoire secrète d’Isabelle de Bavière, reine de France, Pauvert, 1968.djvu/231

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


comme une ruse dont il était aisé de démêler la cause, sans l’attribuer à ce qui vient d’être dit ? Voilà, cependant, comme on s’étourdissait alors sur tous les effets de la politique des grands et comme on s’aveuglait sur les vérités les plus évidentes, dès que l’intérêt ou l’ignorance paraissaient y jeter des voiles. Il fallait qu’Isabelle et le duc de Bourgogne se réunissent à Paris ; mais comment pouvaient-ils concilier cette réunion avec l’apparence d’inimitié que devait afficher Isabelle envers le duc ? il fallait d’ailleurs que l’éloignement de celui-ci mît la reine en état de ressaisir les rênes de l’empire : le pouvait-elle tant qu’il serait à Paris ? elle devait agir pendant son absence, et lui, devait prolonger cette absence jusqu’à ce qu’Isabelle eût pris des mesures telles, qu’une fois réunis, rien ne pût détruire leur autorité.

Isabelle voulut donc que le pouvoir qu’on allait confier au duc fût revêtu de la sanction générale. En conséquence, on convoqua une assemblée nombreuse composée de l’élite du royaume et présidée par la reine et le dauphin de Guyenne. On y admit cent des plus notables bourgeois de Paris. Ce fut là que l’avocat du roi, Jean Juvenal des Ursins, déclara que l’intention de Sa Majesté était que la puissance souveraine fût octroyée et commise à la reine et à Monseigneur le duc de Guyenne, le roi empêché ou absent.