Page:Sade - Histoire secrète d’Isabelle de Bavière, reine de France, Pauvert, 1968.djvu/304

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tout tend à la déchirer ! Un petit nombre d’hommes vertueux sans doute ; mais ceux-là ne cabalent point, ceux-là n’ont point de factions ; les signes de la leur sont au fond de leur âme, et ils n’osent se les communiquer.