Page:Sade - Histoire secrète d’Isabelle de Bavière, reine de France, Pauvert, 1968.djvu/307

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Tout le monde connaît les chimériques prétentions d’Édouard III à la couronne de France : tels furent cependant les seuls droits que Henri V réclama pour s’emparer de cette couronne ; mais quelque entreprenant que fût ce prince, eût-il osé faire valoir de tels droits sans l’appui de la reine, qui, pour l’encourager, ne pouvait que lui offrir la faction de Bourgogne ? Ainsi toute sa conduite avec le seul prince qui pouvait lui faire atteindre ce but se trouve expliquée par le désir extrême qu’elle avait d’y parvenir.

Ce fut en 1415 que les premiers coups se portèrent : quelle hardiesse cependant, et quelle inconséquence ! quoi ! le fils d’un usurpateur, encore mal affermi sur le trône d’Angleterre, osait prétendre à s’asseoir sur celui de Charles VI ! Il fallait