Page:Sade - Histoire secrète d’Isabelle de Bavière, reine de France, Pauvert, 1968.djvu/85

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’après les plans mystérieusement conçus par ces deux amants, remplissait-il beaucoup mieux leurs vues : c’est ce que la suite nous développera. Cet hymen excita vivement la jalousie du duc de Bourgogne ; il fut la première source de la division de ces deux puissantes maisons, dont les haines devinrent si funestes à la France.

Quoi qu’il en fut, cet événement donna lieu à de nouvelles fêtes et ce fut vers ce temps que l’on s’occupa de l’entrée de la reine dans la capitale de son royaume.

Cette cérémonie tenant à l’histoire de cette princesse est d’ailleurs trop susceptible de faire connaître le luxe et la magnificence de ce siècle pour que nous nous fussions permis d’en supprimer les détails tous empruntés au texte même des historiens les plus accrédités.

« Elle eut lieu le 24 août 1389 à l’époque où la reine approchait de sa vingtième année. Toute la cour s’était rendue à Saint-Denis où l’on disposa l’ordre qui devait s’observer. Douze cents bourgeois habillés de robes mi-parties rouge et verte reçurent Isabelle au-delà des portes. Elle entra en litière découverte escortée par les ducs de Bourgogne, de Berri, de Bourbon et d’Orléans, de Pierre, frère du roi de Navarre et du comte d’Estrevant. Les duchesses de Berri et d’Orléans