Page:Saint-Pol-Roux - Anciennetés, 1903.djvu/46

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Fraîchement émané de la cuve limpide,
Il attend, pur de peau tels que sont les poissons,
Il attend, magistral, officiel, avide,
Et son sexe fané dort sous des caleçons.

Pour capter les péchés dont le peuple s’allège
Son zèle s’est donné les accents d’un appeau ;
Dupés, les essaims noirs s’abattent sur sa neige,
Et le Pontife est mâchuré par ce fardeau.

Ses bras ayant plongé dans des bêtes à cornes,
Il a l’air de brandir deux sarments enflammés
Ou semble ces captifs qui dans les geôles mornes
Ont massacré leurs poings de leurs dents d’affamés.