Page:Samain - Œuvres, t1, 1921.djvu/115

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


U JARDIN DE L’INFANTE 10Ï L’HERMAPHRODITE Vers l’archipel limpide, où se mirent les Iles, L’Hermaphrodite nu, le front ceint de jasmin, Épuise ses yeux verts en un rêve sans fin ; Et sa souplesse torse empruntée aux reptiles, Sa cambrure élastique, et ses seins érectiles Suscitent le désir de l’impossible hymen. Et c’est le monstre éclos, exquis et surhumain, Au ciel supérieur des formes plus subtiles.