Page:Samain - Œuvres, t1, 1921.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


AU JAUDIN DE L’iM’AXTE 4J


EVEN-TIDE

Dans la lente douceur d’un soir des derniers jours
La ville haletante exhale ses fumées.
Frère de nonchaloir, le fleuve aux eaux lamées
Roule un flot de légende au pied des vieilles tours.

Le peuple, regagnant sans hâte sa demeure,
Fait sonner sous ses pas la pierre du vieux pont,
Dont l’âme fatiguée aux siècles lui répond
Dans cette lassitude indicible de l’heure.