Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, 1853.djvu/242

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
45
JACQUES.

terait les doigts d’un air consterné, j’irais en un temps de galop rejoindre les autres chasseurs. Mais outre que je n’oserais jamais, si c’est un vrai domestique, j’aurais fait la chose du monde la plus insolente et la plus singulière. Au milieu de ces réflexions, je vis pourtant que nous approchions sans accident des cavaliers, et au moment où j’allais presser mon cheval avec le talon pour le dégager des mains de l’homme mystérieux, celui-ci se retourna à demi vers moi, et, élevant le bras, il retroussa la manche de sa blouse. Je vis alors briller quelque chose que je reconnus pour mon bracelet. Je n’eus pas la force de crier, et l’inconnu, lâchant ma bride, resta sur le bord du chemin, en me disant à demi-voix ces étranges paroles : « J’espère en vous. » Puis il s’enfonça dans un massif d’arbres, et je m’enfuis au galop plus morte que vive.

Ce qui me tourmente et m’afflige le plus dans tout cela, c’est l’espèce de mystère que la fatalité a établi entre moi et cet homme. À présent, je vois tous les inconvénients qui résultent du bracelet, et j’ose moins que jamais en parler à Jacques. S’il allait le chercher et le provoquer en duel ! S’il allait m’accuser d’imprudence et de légèreté ! Je suis bien malheureuse, car j’ai cru certainement jeter mon bracelet à Jacques lui-même ; et celui qui l’a reçu croit que je suis une petite personne romanesque, facile à conquérir avec un baiser dans l’obscurité et un air de hautbois. Je suis fâchée à présent de ne lui avoir pas parlé pour lui expliquer ma méprise et lui redemander mon bracelet. Peut-être me l’eût-il rendu. Mais j’ai perdu la tête, comme je fais toujours dans les occasions où un peu de sang-froid me serait nécessaire. J’ai essayé de savoir ce que Sylvia pense de cet homme. Elle prétend que je suis folle, et qu’il n’y a point d’autre homme dans la vallée que Jacques. Celui que le jardinier a vu est, selon elle, un voleur de fruits ; celui qui a joué du hautbois, un comédien ambulant, ou bien un commis voyageur qui aura couché à l’auberge du village, et se sera amusé à sauter le fossé du jardin, afin de se vanter dans quelque estaminet d’avoir eu une aventure romanesque dans son voyage. Quant à l’homme au coup de cravache, elle persiste à dire que c’est un paysan ; et je n’ose parler de l’homme au bracelet, car l’idée qu’un commis voyageur ou un musicien ambulant croit avoir reçu ce gage de ma bienveillance, me cause une mortification extrême.

Au fait, quant à cela, l’explication de Sylvia me paraît assez admissible ; si je ne craignais de causer quelque malheur, je confierais tout à Jacques, et il irait châtier cet impertinent comme il le mérite. Mais cet homme peut être brave et habile duelliste. L’idée d’engager Jacques dans une affaire de ce genre me fait dresser les cheveux sur la tête. Je me tairai.

XXXIX.

D’OCTAVE À M. ***.


De la vallée de Saint-Léon.

Tu m’as souvent dit que j’étais fou, mon cher Herbert, et je commence à le croire. Ce qu’il y a de certain, c’est que je suis fort content de l’être, car sans cela je serais fort malheureux.

Si tu veux savoir où je suis et de quoi je suis occupé, j’aurai quelque embarras à te répondre. Je suis dans un pays où je n’ai jamais mis le pied, que je ne connais pas, où je n’ose marcher que sous un déguisement. Quant à mes occupations, elles consistent à errer autour d’un vieux château, à jouer du hautbois au clair de la lune, et à recevoir de temps en temps un coup de cravache sur les doigts.

Tu as dû être peu surpris de mon brusque départ, quand tu auras su que Sylvia avait quitté Genève un mois auparavant. Tu auras supposé que j’étais allé la rejoindre, et tu ne te seras pas trompé. Mais ce que tu ne supposes certainement pas, c’est que, sans invitation et même sans permission, je me sois mis à courir sur ses traces. Elle a quitté son ermitage du Léman avec la bizarrerie qu’elle met dans toutes ses résolutions, et par suite d’une de ces idées spontanées qui lui viennent au moment où l’on se croit le plus tranquille et le plus heureux des hommes à ses pieds. Étrange créature, trop passionnée ou trop froide pour l’amour, je ne sais, mais, à coup sûr, trop belle et trop supérieure à son sexe pour passer devant les yeux d’un homme sans le rendre un peu fou. Je savais que M. Jacques était marié, et je pensais bien qu’elle était allée s’installer auprès de lui ; car, depuis plusieurs mois, elle m’annonçait ce projet chaque fois qu’elle était de mauvaise humeur et qu’elle voulait me désespérer. Mais je ne savais pas si M. Jacques était maintenant en Touraine ou en Dauphiné ; car dans l’orgueilleux billet que Sylvia avait laissé pour moi à l’ermitage, elle n’avait pas daigné me dire où elle portait ses pas ; c’est donc absolument au hasard que je suis venu ici. Je me suis installé dans la cabane d’un vieux garde-chasse avare et sournois, que j’ai choisi pour hôte sur sa mauvaise mine, et qui pour de l’argent m’aiderait à assassiner tous les hommes et à enlever toutes les femmes du pays. C’est donc au milieu des bois que peuvent me chercher tes conjectures, dans la plus romantique vallée du monde, protégé par un déguisement de chasseur braconnier plutôt que vêtu en honnête homme, braconnant en effet sous la protection de mon hôte, et préparant avec lui, tous les soirs, le souper que nous avons conquis les armes à la main ; dormant sur un grabat, lisant quelques chapitres de roman à l’ombre des grands chênes de la forêt, hasardant des excursions sentimentales et mystérieuses autour de la demeure de mon inhumaine, ni plus ni moins que le comte Almaviva, et t’écrivant sur un genou, à la lueur d’une torche de résine. Ce qu’il y a de plus ridicule dans tout cela, c’est que je le fais sérieusement, et que je suis vraiment triste et amoureux comme un ramier. Cette Sylvia fait le désespoir de ma vie, et je donnerais un de mes bras pour ne l’avoir jamais rencontrée. Tu la connais assez pour concevoir ce qu’un homme aussi peu charlatan que moi doit avoir à souffrir de ses caprices romanesques et du dédain superbe qu’elle a pour tout ce qui sort du monde idéal où elle s’enferme. Il y a bien un peu de ma faute dans mon malheur. Je l’ai trompée, ou plutôt je me suis trompé moi-même en lui faisant croire que j’étais un transfuge de ce monde-là, et que je me sentais capable d’y retourner. Oui, je l’ai cru en effet, et, dans les premiers jours, j’ai été tout à fait l’homme qu’elle devait ou qu’elle pouvait aimer. Mais peu à peu l’indolence et la légèreté de mon caractère ont repris le dessus. La raison m’a fait de nouveau entendre sa voix, et Sylvia m’a semblé ce qu’elle est en effet, enthousiaste, exagérée, un peu folle.

Mais cette découverte ne suffisait pas pour m’empêcher de l’aimer à la passion. L’exagération, qui rend les filles de province si ridicules, rendait Sylvia si belle, si frappante, si inspirée, que c’est là peut-être son plus grand charme et sa plus puissante séduction. Mais elle l’a reçu de Dieu pour son malheur et pour celui de ses amants, car elle peut se faire admirer, et ne peut persuader. Orgueilleuse jusqu’à la folie, elle veut agir comme si nous étions encore au temps de l’âge d’or, et prétend que tous ceux qui osent la soupçonner sont des lâches et des pervers. Du moment que j’ai vu avec inquiétude la singularité de sa conduite, et que j’ai pris de la jalousie à cause de la liberté de ses démarches, j’ai donc été perdu dans son esprit ; et précipité de cette région céleste où elle m’avait fait asseoir avec elle, je suis tombé dans le monde fangeux des humains, où cette belle sylphide n’a jamais daigné poser son pied d’ivoire. De ce moment, notre amour a été une suite de ruptures et de raccommodements. Je me souviens que tu m’as dit, un jour que je te racontais tristement une de ces querelles après la réconciliation : « De quoi te plains-tu ? » Ah ! mon ami, tu peux connaître les femmes ; mais tu ne connais pas Sylvia. Avec elle, le moindre tort est de la plus terrible importance, et chaque nouvelle faute creuse une tombe où s’ensevelit une partie de son amour. Elle pardonne, il est vrai ; mais ce pardon est pire que sa colère. La