Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 1, 1852.djvu/174

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
24
VALENTINE.

cet endroit écarté, et surtout que son escorte devait agréer à Louise, qui était à plus d’une lieue de son gîte. Elle ne put pas non plus s’empêcher de remarquer le sentiment de délicatesse respectueuse qui l’avait fait s’abstenir de paraître durant leur entretien. Ne fallait-il pas du dévouement, d’ailleurs, pour monter ainsi la garde pendant deux heures ? Tout bien considéré, il y aurait eu de l’ingratitude à lui faire un froid accueil. Elle lui expliqua le billet de sa mère, prit tout le tort sur elle, et le supplia de ne venir au château qu’avec une forte dose de patience et de philosophie. Bénédict jura en riant que rien ne l’ébranlerait ; et, après l’avoir reconduite avec Louise jusqu’au bout de la prairie, il reprit avec celle-ci le chemin de la ferme.



Il fallait passer sur une planche toute tremblante. (Page 14.)

Le lendemain il se présenta au château. Par un hasard dont Bénédict ne se plaignait pas, c’était au tour de madame de Raimbault à avoir la migraine ; mais celle-là n’était pas feinte, elle la força de garder le lit. Les choses se passèrent donc mieux que Bénédict ne l’avait espéré. Quand il sut que la comtesse ne se lèverait pas de la journée, il commença par démonter le piano et enlever toutes les touches ; puis il trouva qu’il fallait remettre des buffles à tous les marteaux ; quantité de cordes rouillées étaient à renouveler ; enfin il se créa de l’ouvrage pour tout un jour ; car Valentine était là, lui présentant les ciseaux, l’aidant à rouler le laiton sur la bobine, lui donnant la note au diapason, et s’occupant de son piano peut-être plus ce jour-là qu’elle n’avait fait dans toute sa vie. De son côté, Bénédict était beaucoup moins habile à cette besogne que Valentine ne l’avait annoncé. Il cassa plus d’une corde en la montant, il tourna plus d’une cheville pour une autre, et souvent dérangea l’accord de toute une gamme pour remettre celui d’une note. Pendant ce temps, la vieille marquise allait, venait, toussait, dormait, et ne s’occupait d’eux que pour les mettre plus à l’aise encore. Ce fut une délicieuse journée pour Bénédict. Valentine était si douce, elle avait une gaieté si naïve, si vraie, une politesse si obligeante, qu’il était impossible de ne pas respirer à l’aise auprès d’elle. Et puis je ne sais comment il se fit qu’au bout d’une heure, par un accord tacite, toute politesse disparut entre eux. Une sorte de camaraderie enfantine et rieuse s’établit. Ils se raillaient de leurs mutuelles maladresses, leurs mains se rencontraient sur le clavier, et, la gaieté chassant l’émo-