Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 1, 1852.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
41
ANDRÉ

rivière, qui coulait à fleur de terre et formait cent détours dans la prairie, le séparait du massif. Il lui fallut faire beaucoup de chemin pour rencontrer un de ces petits ponts que les gardeurs de troupeaux construisent eux-mêmes avec des branches entrelacées et de la terre ; enfin il atteignit le massif et n’y trouva personne. L’ombre était devenue si épaisse qu’il était impossible de voir à dix pas devant soi. Il revint, tout pensif et tout ému, s’asseoir devant le souper de son père ; mais il dormit moins encore que de coutume, et retourna aux Prés-Girault le lendemain. Rien n’en troublait la solitude, et il craignit d’être devenu assez fou pour qu’une de ses fictions ordinaires lui fût apparue comme une chose réelle.



La maîtresse ouvrière, placée sur une chaise plus élevée que les autres… (Page 44.)

Le jour suivant, à force d’explorer les bords de la rivière, il trouva un petit gant de fil blanc très-fin, tricoté à l’aiguille avec des points à jour très-artistement travaillés, et qui semblait avoir servi à arracher des herbes, car il était taché de vert.

André le prit, le baisa mille fois comme un fou, l’emporta sur son cœur et en devint amoureux, sans songer que le prince Charmant, épris d’une pantoufle, n’était pas un rêveur beaucoup plus ridicule que lui.

Huit jours s’étaient passés sans qu’il trouvât aucune autre trace de cette apparition. Un matin il arriva lentement, comme un homme qui n’espère plus, et, s’appuyant contre un arbre, il se mit à lire un sonnet de Pétrarque.

Tout à coup une petite voix fraîche sortit des roseaux et chanta deux vers d’une vieille romance :


Puis, tout après, je vis dame d’amour
Qui marchait doux et venait sur la rive.


André tressaillit, et, se penchant, il vit à vingt pas de lui une jeune fille habillée de blanc, avec un petit châle couleur arbre de Judée et un mince chapeau de paille. Elle était debout et semblait absorbée dans la contemplation d’un bouquet de fleurs des champs qu’elle avait à la main. André eut l’idée de s’élancer vers elle pour la mieux voir ; mais elle vint de son côté, et il se sentit tellement intimidé qu’il se cacha dans les buissons. Elle arriva tout auprès de lui sans s’apercevoir de sa présence, et se mit à chercher d’autres fleurs. Elle erra ainsi pendant près d’un quart d’heure, tantôt s’éloignant, tantôt