Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 1, 1852.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
89
ANDRÉ

de celle graine-là, marquis ; Je veux la faire essayer dans mon petit domaine de Granières.

— Je te les donnerai, et je t’apprendrai la manière de t’en servir.

— Dites-moi, voisin, qu’est-ce qu’il y avait dans cette terre-là auparavant ?

— Rien du tout, du mauvais blé. C’était cultivé par ces vieux Morins, les anciens métayers du père de ma femme, de braves gens, mais bornés. J’ai changé tout cela. »



Le dernier jour, Geneviève pria André de lui apporter plus de fleurs qu’à l’ordinaire et d’en couvrir son lit. (Page 94.)

Joseph allongea sa figure de deux pouces, et, prenant un air étrangement mélancolique, « C est une jolie prairie, dit-il ; ce serait dommage qu’elle changeât de maître ! »

Cette parole tira subitement le marquis de sa béatitude : il tressaillit.

« Est-ce que tu crois, dit-il après un instant de silence, qu’il y aurait quelqu’un d’assez hardi pour me chercher chicane sur quoi que ce soit ?

— Je connais bien des gens, répondit Joseph qui se ruineraient en procès pour avoir seulement un lambeau d’une propriété comme la vôtre. »

Cette réponse rassura le marquis. Il crut que Joseph avait fait une réflexion générale, et, ayant escaladé pesamment un échalier, il s’enfonça avec lui dans les buissons touffus d’un pâturage.

« Je n’aime pas cela, dit-il en frappant du pied la terre vierge de culture où depuis un temps immémorial les troupeaux broutaient l’aubépine et le serpolet ; je n’aime pas le terrain que l’on ne travaille pas. Les métayers ne veulent pas sacrifier les pâturages, parce que cela leur épargne la peine de soigner leurs bœufs à l’étable. Moi, je n’aime pas ces champs d’épines et de ronces où les moutons laissent plus de laine qu’ils ne trouvent de pâture. J’ai déjà mis la moitié de celui-ci en froment et l’année prochaine je vous ferai retourner le reste. Les métayers diront ce qu’ils voudront, il faudra bien qu’ils m’obéissent.

— Certainement, si vos prairies à l’anglaise vous donnent assez de fourrage pour nourrir les bœufs au dedans toute l’année, vous n’avez pas besoin de pâturaux. Mais est-ce de la bonne terre ?

— Si c’est de la bonne terre ! une terre qui n’a jamais rien fait ! N’as-tu pas vu sur ma cheminée des brins de paille.