Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 4, 1853.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
97
LE MEUNIER D’ANGIBAULT.

chemin qu’au pas, ils l’arrêtèrent devant chez la Piaulette, et sautèrent du cabriolet pour courir plus vite. En ce moment, Marcelle, sortant de la chaumière, parut à leurs yeux. Elle était pâle, mais calme, et ses vêtements ne portaient la trace d’aucune brûlure. Occupée toute la nuit à soigner les personnes, elle ne s’était pas consacrée inutilement à vouloir éteindre le feu. En la voyant, Lémor faillit s’évanouir de joie ; il lui prit la main sans pouvoir lui parler.



Un gendarme l’arrêta en la prenant par le bras. (Page 99.)

— Mon fils est ici et Rose est chez le curé, dit Marcelle. Elle n’a éprouvé aucun accident, elle n’est presque pas malade, elle est heureuse malgré la consternation de ses parents. Il n’y a dans tout cela que de l’argent perdu. C’est peu de chose au prix du bonheur qui l’attend…

— Quoi donc ? dit le meunier, je ne comprends pas.

— Allez la voir, ami, rien ne s’y oppose, et apprenez d’elle-même ce que je ne veux pas vous dire la première.

Grand-Louis stupéfait se mit bientôt à courir. Lémor entra dans la chaumière avec Marcelle, et tandis que la Piaulette et son mari s’occupaient des chevaux, il courut vers le lit où dormait Édouard. Le dernier des Blanchemont reposait tranquillement sur le grabat du plus pauvre paysan de ses domaines. Il ne possédait plus même un gîte, et l’hospitalité de l’indigence était la seule chose qu’il pût réclamer en cet instant.

— Il n’a donc pas couru de danger ? s’écria Lémor en baisant ses petites mains, humides d’une douce chaleur.

— Ce petit être est d’une bonne trempe, dit Marcelle, avec un certain orgueil. Il n’a pas été malade, il s’est éveillé dans une fumée étouffante, et il n’a pas eu peur. Il a passé la nuit avec moi à préserver et à consoler les autres, trouvant, malgré sa faiblesse et son ignorance du malheur, des soins, des caresses, et des paroles naïvement angéliques pour moi et pour tous ces êtres sans courage qui tremblaient et criaient autour de nous. Et moi qui craignais pour sa santé la frayeur et l’émotion ! Cette frêle nature renferme une âme héroïque. Lémor ! c’est un enfant béni, que Dieu avait marqué en naissant pour en faire un noble pauvre !

L’enfant s’éveilla aux caresses de Lémor, et, le reconnaissant cette fois à son affection plus qu’à ses traits :