Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 1.djvu/194

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
191
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

tout autour des murs, et les oiseaux se cachent dans leur gueule pour y bâtir leur nid.

J’ai vu encore ton cousin Oscar hier au soir. Il est bien gentil et ne veut pas me quitter. Il va entrer en pension ; sans cela, je te l’aurais amené et vous auriez joué ensemble, mais il est temps qu’il apprenne ce que tu sais déjà. Tu seras bien content, lorsque tu entreras au collège, d’avoir pris de bonnes leçons d’avance. Tu auras moins de peine que les autres enfants de ton âge, et tu verras que c’est un grand bonheur d’avoir été forcé de travailler.

Écris-moi donc, mon cher enfant ; ta dernière lettre est très bien. Elle m’a fait grand plaisir, et je l’ai embrassée bien des fois. Si tu étais là, mon pauvre petit, je te mordrais les joues. En attendant, embrasse ta sœur et porte-toi bien. Pense souvent à ta mère, qui t’aime plus que tout au monde.


LXXI

À M. JULES BOUCOIRAN, À NOHANT


Paris, 17 juillet 1831.


Mon cher enfant,

J’en suis fâchée pour votre optimisme politique, mais votre gredin de gouvernement indispose cruellement les honnêtes gens. Si j’étais homme, je ne