Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 1.djvu/339

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
336
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

colère quand je vois un mendiant pleurant à la porte d’un riche.

Quant aux moyens de changer tout cela, il faudra que je t’écrive encore bien des lettres, et que nous ayons ensemble bien des conversations avant que je t’en parle. Je ne veux pas t’en dire trop long à la fois : il faut que tu aies le temps de réfléchir à chaque chose, et de me répondre à mesure si tu penses comme moi et si tu comprends bien. Nous en restons là. L’amour de soi-même est ce qu’il faut modérer, limiter et diriger. C’est-à-dire qu’il faut s’habituer à trouver le bonheur qui coûte le moins d’argent et qui permet d’en donner davantage à ceux qui en manquent. Nous chercherons ensemble cette vertu, et, si nous n’y atteignons pas tout à fait, du moins nous aurons des principes justes et de bonnes intentions.

Je ne te cache pas, et tu peux déjà t’en apercevoir, que les principes dont je te parle sont tout à fait en opposition avec ceux de vos lycées. Les lycées, dirigés par l’esprit du gouvernement, professeront toujours le principe régnant. Ils vous prêcheraient l’Empire et la guerre, si Napoléon était encore sur le trône. Ils vous diraient d’être républicains, si la République était établie. Il ne faut pas t’occuper des réflexions que vos professeurs ou même les livres que l’on vous donne font sur l’histoire. Ces livres sont dictés à des pédants, esclaves du pouvoir.

Souvent, en lisant l’histoire des grandes actions des temps antiques, écrite par les hommes d’aujourd’hui,