Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/172

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
169
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

Mon fils vous chérit toujours, et tous deux nous vous embrassons de toute notre âme.

G. S.


CCCVI

À JOSEPH MAZZINI, À .....


Nohant, 10 octobre 1849.


Cher excellent ami,

J’ai reçu votre première lettre, puis la seconde, puis votre Revue. J’avais lu déjà votre lettre à MM. de T. et de F., dans nos journaux français. C’est un chef-d’œuvre que cette lettre. C’est une pièce historique qui prendra place dans l’histoire éternelle de Rome et dans celle des républiques. Elle a fait beaucoup d’impression ici, même en ce temps d’épuisement et de folie, même dans ce pays humilié et avili. Elle n’a pas reçu un démenti dans l’opinion publique ; c’est le cri de l’honneur, du droit, de la vérité, qui devrait tuer de honte et de remords la tourbe jésuitique. Mais je crois que certains fronts ne peuvent plus rougir ; il n’y a point d’espoir qu’ils se convertissent. Le peuple le sait maintenant et ne parle de rien de moins que les tuer. L’irritation est grande en France, et de profondes vengeances couvent dans l’attente d’un jour rémunérateur ; mais ce n’est pas l’ensemble de la