Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/179

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
176
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND


CCCVIII

À JOSEPH MAZZINI, À …


Nohant, 5 novembre 1849.


Oui, mon ami, j’ai reçu tous les numéros de l’Italia ; on n’a pas encore songé à me les supprimer. C’est un heureux hasard. Continuez à me les envoyer. Vos articles sont excellents et admirables. Je ne vous dirai pas, comme Kléber à Napoléon : « Mon général, vous êtes grand comme le monde ! » Je vous dirai mieux, je vous dirai : Mon ami, vous êtes bon comme la vérité. Non, je ne suis pas d’un avis différent du vôtre sur ce qu’il faut faire. Vous vous trompez absolument quand vous me dites que ma persistance dans l’idée communiste est au nombre des choses qui ont fait du mal. Je ne le crois pas pour mon compte, parce que je n’ai jamais marché, ni pensé, ni agi avec ceux qui s’intitulent l’école communiste. Le communisme est ma doctrine personnelle ; mais je ne l’ai jamais prêchée dans les temps d’orage, et je n’en ai parlé alors que pour dire que son règne était loin et qu’il ne fallait pas se préoccuper de son application. Ce que cette doctrine a d’applicable dès aujourd’hui a toute sorte d’autres noms, que l’on accepte parce qu’ils représentent des choses immédiatement possibles.