Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/210

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
207
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

drez. Je crains qu’il n’en arrive autant avec votre édition populaire, et que ceux-là qui devraient la dévorer, ceux-là pour qui vous avez travaillé et souffert, ne vous abandonnent avec ingratitude. Le temps est mauvais, affreux. L’humanité subit une crise déplorable. Les pouvoirs sont lâches et corrompus, le peuple est abattu, aveugle, et laisse tout faire. On dit que nous sortirons de là en 1852 ; que le travail qui s’accomplit mystérieusement éclatera pour sauver la République. J’avoue que je le désire plus que je ne l’espère, et que je me sens malade de découragement en voyant celui de mes semblables.

Bonsoir, cher enfant. Embrassez pour moi tendrement Désirée et Solange. Je vous aime et vous bénis.


CCCXVI

À JOSEPH MAZZINI, À LONDRES


Nohant, 15 octobre 1850.


Mon ami,

Je n’ai pas subi d’influences, vous vous trompez. Je vis dans une retraite trop absolue pour cela. Je vous ai refusé avant d’avoir reçu un mot de Louis Blanc, et, entre ma première et ma seconde lettre à vous, je n’ai rien reçu de lui qui ait pu agir sur ma résolution.