Page:Sand - La Coupe, Lupo Liverani, Garnier, Le Contrebandier, La Rêverie à Paris, 1876.djvu/156

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


QUINTANA.

Reprendrai-je ma livrée ?


ANGELO.

Oui, hâte-toi, ce lieu-ci me fait horreur.


QUINTANA.

Alors je redeviens votre valet : je ne suis plus votre frère ! J’aime autant ça, si vous me laissez manger mon soûl ; mais de quoi me nourririez-vous sans argent, car vous êtes venu ici à bout de ressources ?


ANGELO.

L’argent est facile à trouver quand on ne se fait pas scrupule de le voler. Donne-moi mon épée ; je sais m’en servir encore.


QUINTANA.

Dois-je reprendre aussi la mienne ? J’ai un peu oublié…


ANGELO.

Attends ! ce papier laissé ici par l’ermite qui m’y a précédé ?…


QUINTANA.

Ces pouvoirs délivrés par le Saint-Office ? C’est la meilleure arme, ne l’oublions pas ; mais où allons-nous ?