Page:Sand - Le Péché de Monsieur Antoine, Pauline, L’Orco, Calman-Lévy, 18xx, tome 1.djvu/168

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


parce que le paresseux deviendrait une monstrueuse exception ; mais, dans l’exercice d’une autorité aussi sévère que la vôtre, lorsque vous demandez au travailleur toute sa force, tout son temps, toute sa pensée, toute sa vie, oh ! que de paresseux seraient chassés et abandonnés.

— Avec les bienfaits de l’industrie, on arriverait dans peu à augmenter tellement le bien-être des classes pauvres, qu’il serait facile de fonder des écoles presque gratuites, où leurs enfants apprendraient l’amour du travail.

— Je crois que vous vous trompez, mon père ; mais quand il serait vrai que les enrichis songeront à l’éducation du pauvre, l’amour du travail sans relâche, et sans autre compensation qu’un peu de sécurité pour la vieillesse, est si contraire à la nature, qu’on ne l’inspirera jamais à l’enfance. Quelques natures exceptionnelles, dévorées d’activité ou d’ambition, feront le sacrifice de leur jeunesse ; mais quiconque sera simple, aimant, porté à la rêverie, à d’innocents et légitimes plaisirs, et soumis à ces besoins d’affection et de calme qui sont le bien-être légitime de l’espèce humaine, fuira cette geôle du travail exclusif où vous voulez l’enfermer, et préférera encore les hasards de la misère à la sécurité de l’esclavage. Ah ! mon père, par votre rude organisation, par votre puissance infatigable, par votre sobriété stoïque et votre habitude de labeur effréné, vous êtes un homme d’exception, et vous concevez une société faite à votre image, vous ne vous apercevez pas qu’il ne s’y trouve de place avantageuse que pour des hommes d’exception. Ah ! permettez-moi de vous le dire, c’est là une utopie plus effrayante que les miennes.

— Eh bien, Émile, puisses-tu l’avoir, cette utopie, dit M. Cardonnet avec chaleur ; elle est une source de force et un stimulant précieux pour cette société de rêveurs, d’oisifs et