Page:Sand - Le Péché de Monsieur Antoine, Pauline, L’Orco, Calman-Lévy, 18xx, tome 1.djvu/308

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


auprès de mon père, occupé à travailler pour lui complaire.

— Et vous avez fort bien fait, mon garçon ; car enfin il est bon que les jeunes gens soient occupés.

— L’on sera content de moi à l’avenir, dit Émile en regardant Gilberte, et déjà mon père m’a pardonné le temps perdu. Il est excellent pour moi, et je reconnaîtrai ses bontés en m’astreignant aux plus pénibles sacrifices, même à celui de vous voir un peu moins souvent désormais, mademoiselle Janille ; grondez-moi donc aujourd’hui, vite, mais pas trop fort, et pardonnez-moi encore plus vite, puisque, durant quelques semaines, je vais être probablement forcé de venir rarement. J’ai beaucoup de travail à faire, et le courage me manquerait si je vous savais fâchée contre moi.

— Allons, vous êtes un bon garçon, et l’on ne peut vous en vouloir, dit Janille. Je vois, ajouta-t-elle d’un air fin, en baissant la voix, que nous nous comprenons fort bien sans nous mieux expliquer, et qu’il fait bon avoir affaire à des gens d’honneur et d’esprit comme vous. »

Cette issue aux explications annoncées par Janille soulagea Émile d’une grande inquiétude. Sa situation était bien assez grave, sans que les alarmes et les questions de cette fidèle gouvernante vinssent la compliquer. Le conseil que Gilberte lui avait donné de venir plus rarement et de laisser couler le temps était donc le plus sage, et, si elle eût été une habile diplomate, elle n’eût peut-être pas mieux agi, cette fois. En effet, que de mariages disproportionnés à l’endroit de la fortune fussent devenus possibles, si la femme, par son exigence, son orgueil ou ses méfiances, n’en eût fait, pour l’homme épris d’elle, un enchaînement de souffrances et d’inquiétudes, au milieu duquel le courage et la prudence lui ont manqué pour vaincre les obstacles ! Gilberte mêlait à sa candeur