Page:Sand - Rose et Blanche ou la comédienne et la religieuse, Tome I, 1831.djvu/233

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


échoua, quand il lui parla de partir sur-le-champ, sans voir la Primerose.

Rose méprisait sans doute au fond du cœur la femme qui l’avait voulu prostituer ; mais elle avait pour sa mère cette tendresse d’instinct qu’il n’est pas en notre pouvoir d’étouffer par le raisonnement. Elle se révolta donc contre l’idée de la quitter définitivement sans l’avoir embrassée. La sœur Olympie commençait à exprimer son impatience par des exclamations énergiques, et Cazalès frémissait à chaque instant de voir tomber la gaîté comique de Laorens au milieu de ce débat singulier, lorsque la Primerose y mit fin en parais-