Page:Sand - Rose et Blanche ou la comédienne et la religieuse, Tome III, 1831.djvu/177

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


trouva dans une longue galerie qui, dans tous les couvens, porte spécialement le nom de cloître. C’était le lieu des sépultures d’honneur, avant la loi qui interdit d’enterrer les morts dans l’intérieur de Paris. Toutes ces tombes formaient un pavé de longues dalles couvertes d’inscriptions latines et anglicanes. Les plus anciennes étaient effacées par le frottement des pieds ; mais sur toutes on voyait la tête de mort et les ossemens en croix gravés en tête de l’épitaphe. Malgré ces objets lugubres, ce cloître n’avait rien de triste ; de grandes croisées cintrées y jetaient une clarté joyeuse et laissaient voir un